Aline Duverger

Architecte

Aline Duverger
Aline Duverger

Vous ne connaissez peut être pas Aline Duverger. Mais, il est impossible d’ignorer ses réalisations. L’hôtel d’Agglomération Loire Forez, c’est elle. Le Pôle culturel de Saint-Just Saint-Rambert ou la nouvelle antenne du Conseil Général à Montbrison c’est encore elle.

 

 

Depuis le choix de votre atelier par la communauté d’agglomération Loire Forez pour la réalisation de son siège à Montbrison, vous ne quittez plus notre territoire ?

Aline Duverger : « Il est vrai que depuis six ans, je ne cesse de faire des allers retours entre Saint- Etienne et Loire Forez. Cela a commencé en 2008, quand Philippe Blanc et moi-même avons été retenus dans le cadre de l’appel à projet pour la construction des bureaux de la communauté d’agglomération. Les travaux ont duré deux ans. Depuis lors, j’ai été amenée à collaborer à plusieurs autres réalisations à Saint-Just Saint-Rambert, Montbrison, Chambles. »

Il est vrai que vous multipliez  les projets en Loire Forez, des projets d’une grande diversité. Pouvez-vous nous en citer quelques-uns ?

Aline Duverger : « Il faut commencer par la maison de retraite de Saint-Just Saint-Rambert terminée il y a un an, et dans la même commune, le Pôle culturel inauguré en septembre dernier. Nous achevons actuellement l’antenne du Conseil Général à Montbrison. Je pourrais également citer la maison des associations de Chambles. En ce moment, nous travaillons à l’installation d’un IRM à l’hôpital de Montbrison ainsi que sur un projet de vingt-quatre maisons à Chambles et à  la construction d’une salle des sports à Savigneux. Au début de chaque projet, c’est une nouvelle aventure qui commence. Nous devons nous confronter à de nouvelles contraintes. Un vrai défi chaque fois renouvelé... »

Dans la plupart de vos réalisations le bois oc- cupe une place centrale. Il est une sorte de fil conducteur. Pourquoi ce choix ?

Aline Duverger : « Après avoir suivi en 1992 et 1993, le Post Grad Construction à Lauzanne, l’utilisation du bois pour une architecture plus respectueuse de l’Environnement est devenue une évidence pour moi. Cette opinion a ensuite guidé tout mon travail. Ainsi, j’ai participé à la réalisation du pont de Crest, plus long pont en bois de France, et plus près de nous, le bâtiment de l’Ecople du Forez illustre parfaitement ce parti pris. »

Vous vous inscrivez pleinement dans ce que l’on appelle l’architecture durable. Comment définiriez-vous votre travail ? Aline Duverger : « Nous tentons au gré de nos différents projets de décliner une architecture contemporaine en dialogue avec le paysage. Nous avons pour parti pris constructif, celui de mettre en valeur les savoir faire des entreprises. Nous voulons une architecture qui privilégie les gestes, l’humain et le plaisir d’habiter. Nos bâtiments se veulent sobres et nous espérons qu’ils contribuent à une certaine douceur de vivre ensemble. »